1635

Ce 29 janvier 1635, Richelieu fonde l’Académie française, composée d’un groupe d’hommes de lettres que rejoignent bientôt des hommes d’Etat,des avocats et des médecins. Entre 1253 et 1257, sous le règne de Louis IX (Saint Louis), Robert de Sorbon avait fondé le collège de la Sorbonne pour permettre aux écoliers pauvres d’accéder à l’enseignement. C’est encore Richelieu, soutenu par Louis le Juste (Louis XIII), qui restaure le monument et pose la première pierre de la Chapelle.

Le 15 mars, au cours d’un ballet donné à Chantilly, Louis XIII rencontre Mlle de la Fayette, demoiselle d’honneur d’Anne d’Autriche, connue pour sa beauté et son esprit. Le roi l’aimera, elle aimera le roi et le consolera mais le cardinal les séparera deux ans plus tard et Louis XIII en restera inconsolable ! C’est aussi cette année-là que naît Françoise d’Aubigné, future Marquise de Maintenon.

A l’extérieur, Richelieu conclut une ligne offensive contre les Espagnols auxquels Louis XIII déclare la guerre le 19 mai, et, Samuel de Champlain – explorateur et colonisateur français – qui avait fondé Québec en 1608 – s’éteint le jour de Noël après avoir passé ses quinze dernières années à la mise en valeur de sa nouvelle colonie.

L’année précédente, en 1634, Riquet avait acheté la charge de Receveur du grenier à sel de Mirepoix où il s’était établi officier de la chambre à sel et où il restera jusqu’en 1646. Les registres paroissiaux (mis en lumière par Mmes Martine Rouche et Jeanine Pibouleau) nous permettent aujourd’hui de combler un grand blanc de la vie de notre héros. Nous y apprenons notamment que c’est là qu’il fera baptiser ses quatre premiers enfants : Jean-Mathias, Pierre (décédé l’année suivante), Elisabeth et Pierre-Pol. Nous découvrirons également que respectivement en avril et juin 1634 figurent les baptêmes d’une petite Marie et d’un petit Pierre-Paul dont le parrain n’est autre que Nostre Riquet. Nous pouvons compter sur les calomniateurs pour conclure que notre gabelou était le père d’enfants naturels !…

En revanche, comme l’écrit Gérard Crevon dans Couleur Lauragais (juillet-août 2010), Mirepoix étant située sur le versant atlantique de l’isthme gaulois, Riquet est donc souvent amené à franchir la ligne des collines du Razès afin de rejoindre la vallée de l’Aude qui sépare Corbières et Montagne Noire , vallée qu’il parcourt d’est en ouest, comme plus tard la traversera son Canal : d’où sa bonne connaissance géographique et hydrographique du bassin qui servira son grand dessein.

Jean-Pierre Janier