1643

Les années 1640 marquent de grands bouleversements dans l’Histoire de France, et pas seulement climatiques : en effet, les hivers deviennent plus rigoureux et les climatologues décrètent un «petit âge glaciaire ! » Si cela est excessif, ce refroidissement des hivers doit cependant perdurer pendant deux siècles et demi .

L’Edit royal de 1640 crée le louis d’or comme monnaie nationale.

Les Français remportent des victoires sur les armées espagnoles : Collioure est prise en avril 1642, Richelieu organise le siège de Perpignan qui capitule six mois plus tard et le Duc d’Enghien, – futur Grand Condé – remporte la victoire de Rocroi en 1643.

Mais c’est sur le plan politique que les événements se précipitent : en juillet 1642, Marie de Médicis, veuve d’Henri IV, s’éteint et avec elle sa haine pour Richelieu qui ne lui survit que de quelques mois. Il meurt le 4 décembre et dès le lendemain lui succède Mazarin qui devient le parrain du Dauphin le 21 avril 1643. Ce jour-là, l’enfant de quatre ans et demi répond à son père qui lui demande comment il s’appelle : « Louis XIV, mon papa » Et le vieux roi malade d’ajouter : « Pas encore, mon fils, pas encore, mais ce sera peut-être pour bientôt ! »

Ce le sera en effet, puisque trois semaines plus tard, le souverain s’éteint 33 ans jour pour jour après son avènement et le jeune Louis d’entamer le règne le plus long et sans doute le plus brillant de l’Histoire de notre pays. Sa mère, Anne d’Autriche, devient régente et confirme Mazarin dans sa charge de Premier ministre, lequel poursuit la politique de Richelieu.

Pendant ce temps, Riquet, toujours receveur du Grenier à sel de Mirepoix, chevauche la campagne, notamment les environs de Saint-Félix-de-Lauragais où réside sa belle-famille, non loin de ce qui deviendra le point de partage des eaux de Naurouze. Grâce aux « affaires », il se constitue peu à peu la fortune qui lui permettra de lancer et de mener à bien son grand projet.

En 1642, est ouvert le Canal de Briare, premier canal à bief de partage, dont Riquet – pour le moins – connaissait l’existence et qu’il avait peut-être même visité. Comment ne se serait-il pas inspiré des sept écluses de Rogny ( « Les écluses du Vert Galant » puisque réalisées sous le règne d’Henri IV) lorsqu’il construit l’écluse octuple de Fonséranes « l’Escalier de Neptune » (comme l’appellera le Duc de Castries) en face de sa ville natale ?

Jean-Pierre Janier

L’Histoire de France et des Français au jour le jour de MM. A. Castelot et A. Decaux ( tomes 4 et 5) m’a donné matière à rédiger la première partie de cette page.