1673

Le siège de Maastricht (au cours duquel périt le mousquetaire d’Artagnan) fut l’un des principaux épisodes du plan d’invasion des Pays-Bas de Louis XIV en juin 1673 pendant la Guerre de Hollande, afin de se venger du rôle de la Triple-Alliance au cours de la Guerre de Dévolution (voir 1668). S’il se termine, grâce à Vauban, par une victoire française après seulement quelques jours de combats, cette guerre est cruelle pour les Hollandais et ruineuse pour la France (le pays y engloutit des sommes énormes qui obligent Colbert à lever de nouveaux impôts) et, le 30 août, les Provinces-Unies, l’Autriche, l’Espagne et le duc de Lorraine, Charles IV, forment la Grande alliance de La Haye (ou Quadruple-Alliance de 1673) contre la France qui subit plusieurs défaites et doit, en fin d’année, et bien peu glorieusement, évacuer la Hollande. Le roi, s’il s’investit pleinement dans cette guerre, ne néglige pour autant ni ses amours (en effet, le 1er juin, Madame de Montespan lui donne le quatrième de ses sept enfants, Louise Françoise de Bourbon, future Mademoiselle de Nantes), ni son confort puisque, fin novembre, il s’installe dans ses grands appartements du château de Versailles !

Le 10 février a lieu la première représentation du Malade Imaginaire, comédie-ballet de Molière sur une musique de Marc-Antoine Charpentier. Le roi n’y assiste pas et le violent chagrin qu’en ressentira Molière, hâtera, -dit-on- sa mort, une semaine plus tard, à l’issue de la quatrième représentation. Louis XIV assistera, en revanche, le 27 avril, à la première tragédie lyrique composée par Jean-Baptiste Lully à l’Académie royale de musique, Cadmus et Hermione, considérée comme le premier opéra français et à l’issue de laquelle le roi « se montra extraordinairement satisfait de ce super spectacle » !

Cette année-là, le versant atlantique du Canal est définitivement mis en eau de Toulouse au point de partage de Naurouze et le bassin éponyme est achevé. Le tronçon Naurouze-Castelnaudary est terminé en mai, les écluses étant en construction, et il ne reste que neuf kilomètres à creuser jusqu’à Trèbes. Ce tronçon aurait dû être achevé à cette date mais les discussions inutiles pour faire passer le Canal par Carcassonne ont retardé l’achèvement de cette première entreprise. Le premier essai du barrage de Saint-Ferréol se fait également avant que ne soient terminées les digues.

Riquet – commente Michel Adgé dans sa chronologie – a 400 000 livres de retard dans ses paiements de la gabelle : Colbert s’impatiente et lui envoie l’intendant de Guyenne Guillaume de Sève pour éclaircir ce contentieux, en attendant que l’intendant Henri d’Aguesseau (qui remplace Bezons) arbitre ce conflit ainsi que le différend qui l’oppose à l’inspecteur de La Feuille au sujet de la conception des travaux.
D’autres ennuis guettent Riquet : le port de Sète commence à s’ensabler, (ce qui l’oblige à proposer les travaux qui permettront d’y remédier), le chantier de Trèbes à Béziers a pris du retard, le parlement de Toulouse le rend responsable de ses ennuis avec la gabelle (et là encore il doit demander à Colbert qu’on épargne sa famille), de plus, sa sœur, Madeleine Mas, décède le 8 novembre ; enfin, en août, il retombe sérieusement malade, au point que l’on craint pour sa vie ! …

Jean-Pierre Janier