1677

En 1677, la guerre de Hollande se poursuit et si, le 3 mars, s’ouvre la conférence de Paix de Nimègue, cette paix n’est encore qu’en gestation : en effet, le 17 mars, la ville de Valenciennes est emportée d’assaut par le maréchal de Luxembourg qui s’empare de Cambrai un mois plus tard, tandis que Philippe d’Orléans, Monsieur, frère du roi, remporte la grande victoire de Cassel, exploit qui sera célébré par des Te Deum à travers toute la France. Saint-Omer capitule et le maréchal de Créqui s’empare de Fribourg-en-Brisgau six mois plus tard.

Le 29 octobre, Michel Le Tellier, père de Louvois, devient chancelier de France : il occupera cette charge jusqu’en 1685. À la fin de l’année, la capitale du royaume atteint la population d’un demi-million d’habitants !

Les Arts et les Lettres sont florissants également puisque, le 1er janvier, est donnée, à l’Hôtel de Bourgogne, la première représentation de Phèdre de Jean Racine, qui deviendra, tout comme Nicolas Boileau, historiographe du roi. Jean de La Fontaine – qui s’essaie à plusieurs genres littéraires – et se dit « Papillon du Parnasse et semblable aux abeilles », met la dernière main à l’admirable second recueil de ses Fables. Le 21 février, décède le philosophe Spinoza, dont est publiée, à titre posthume, l’œuvre majeure : l’Éthique.

Riquet, toujours aux prises avec d’énormes problèmes financiers, touche enfin, le 16 janvier, 664 910 livres du Conseil d’État, en paiement des travaux supplémentaires (par rapports aux devis initiaux), somme quémandée depuis trois ans mais encore très insuffisante pour apurer ses quelque deux millions et demi de livres d’impayés. Pour tenter de combler une partie de ce déficit, il se rend adjudicataire des travaux de désensablement du port de Sète, ce qui lui permettra de « tenir » pour quelques mois encore …

Et, tandis que débutent les travaux sur le canal de l’Ourcq entre Lizy et Meaux, la construction des chaussées d’Orbiel, d’Argentdouble et de Cesse se poursuit, comme le souligne Michel Adgé. Emmannuel de l’Estang, ingénieur des Travaux du roi et entrepreneur en maçonnerie, ayant achevé les plans du pont-canal de Répudre en mai, commence effectivement les travaux le 8 septembre. Ils dureront plus de quatre ans, grâce à quelque quatre cents ouvriers, et cet ouvrage d’art coûtera aussi cher que quatre écluses ! Mais il demeure aujourd’hui encore le plus vieux pont-canal au monde toujours en fonction, même s’il eut un « ancêtre » en Italie dans les années 1460, pour permettre le franchissement du torrent de Molgora ( à dix kilomètres de Milan) par le canal de la Martésana, ouvrage depuis longtemps disparu…

Jean-Pierre Janier