Jean-Denis BERGASSE

livre-bergasse 1    livre-bergasse 2    livre-bergasse    livre-bergasse 4

L’EDITION DU TRICENTENAIRE DU CANAL DU MIDI, éditée sous la direction de Jean-Denis BERGASSE comprend quatre volumes égrenés de 1982 à 1985, auxquels ont participé en écriture une quarantaine d’auteurs.

TOME I – PIERRE-PAUL RIQUET ET LE CANAL DU MIDI DANS LES ARTS ET LA LITTERATURE
TOME II – LE CANAL DU MIDI TROIS SIECLES DE BATELLERIE ET DE VOYAGES
TOME III – LE CANAL DU MIDI DES SIECLES D’AVENTURE HUMAINE
TOME IV – LE CANAL DU MIDI GRANDS MONUMENTS ET GRANDS SITES

Cette édition, qu’il est toutefois maintenant difficile de se procurer, est une réelle référence pour tous ceux qui souhaitent accéder à une complète et fiable documentation historique.

En fin d’un autre ouvrage, qu’il a écrit avec Denise VIENNET et édité en juin 2009 -VOYAGES SUR LE CANAL DU MIDI Des siècles de quotidien et d’insolite- Jean-Denis BERGASSE, rappelant l’EDITION DU TRICENTENAIRE, précise : « …C’est dire que l’Edition du Tricentenaire a comblé une carence éditoriale en renouvelant massivement l’histoire par des recherches approfondies qui ont permis de replacer le Canal du Midi dans le contexte des canaux en France et de le réinsérer, de sa conception à sa réalisation, dans la vie de Riquet, et jusqu’au XXe siècle… ».

Nous tenons à reproduire ici, en hommage à Pierre-Paul Riquet, un extrait de l’avant propos que Jean-Denis BERGASSE écrivit dans le tome I :
« Riquet, tellement accaparé, aimé et vénéré par sa province d’origine – le Languedoc – a vu sa personnalité rétrécie et étouffée par tant d’amour débordant. Génie sans doute mais vu trop localement à travers une œuvre qui pour avoir été « la Merveille de l’Europe » n’en fut pas moins que le Canal de Languedoc. Cette vision a vécu et désormais Riquet doit être considéré comme le génie national qu’il fut. Il est facile de le prouver si l’on ajoute au Canal des Deux-Mers et à la création du port de Sète ses consultations sur le nivellement et les eaux de Versailles, ou sur le Canal de Bourgogne, sa réalisation de l’aqueduc de Castries ou peut-être ses terrasses de Paraza, et son chantier du Canal de l’Ourcq – ouvert en même temps que l’épuisait celui du Canal de Languedoc – qui devait donner un port à Paris et alimenter ses fontaines ».

Jacques de Grenier

                                                                      livre-bergasse 5